Art Vectoriel

Pour SCOWCZA, l'art vectoriel repose avant toute chose sur le concept de vecteur, aux significations multiples :

-géométriquement, un vecteur est un trait, et constitue donc l'élément générique du dessin par ordinateur ;

-informatiquement, les vecteurs sont des éléments, entièrement décrits par des paramètres numériques, que seul un logiciel saura interpréter, et dont l'oeuvre finale constitue l'assemblage ;

-sémiologiquement, un vecteur est un signe, destiné à transmettre le sens recherché par l'artiste.

Le travail de SCOWCZA repose sur le développement continu d'un logiciel de dessin vectoriel, exclusivement dédié à ses recherches graphiques.
Il vise à imbriquer les signes du dessin, que sont les lignes-assemblages de traits, et ceux de la peinture, gestuels et surfaciques : voyage aventureux sur les frontières diaphanes qui séparent le géométrique du gestuel, la rigueur de l'intuition, le rationnel de l'irrationnel.

Démarche artistique

SCOWCZA met à profit l'irruption de l'ordinateur, complémentaire des techniques traditionnelles en vigueur dans le domaine des arts plastiques, pour explorer l'univers chaotique et complexe dans lequel nous vivons, interrogeant les rapports et les antagonismes entre les formes de la nature et les structures humaines.
L'oeuvre de SCOWCZA mêle créations vectorielles, peintures, installations et photos de chantiers.
Les estampes numériques, initialement réalisées par un traceur à plumes, puis par des imprimantes à jet d'encre de très grandes dimensions, remplacent progressivement les gravures traditionnelles produites par Dominique : elles lui permettent d'associer les dessins générés par l'ordinateur, sur toile ou sur papier, et ses travaux de peinture, beaucoup plus colorés.
L'être humain est toujours au centre de leur composition, que ce soit de façon minimaliste, à travers des structures géométriques très simples qui constituent sa trace, ou de façon ludique et caricaturale, à travers les Scowczis, petits personnages créés numériquement, mais également présents sous forme d'installations.
Face aux oeuvres de SCOWCZA, les spectateurs sont surpris et dynamisés par un art inhabituel et cataclysmique. Ils découvrent une vision singulière des fracturations internes aux sociétés et de la fragilité des constructions humaines, mais aussi de la force de reconstruction permanente de l'humain.

Fract'Art

Pourquoi Fract'Art ?



Parce que le monde est fractionné.

Parce que les sociétés sont fracturées.

Parce que les formes de la nature sont des plurifractales.

Parce que l'art est la cohésion
qui permet d'éviter que le monde se déchire.




Au-dela des idées de fracturation et chaos, mais néanmoins d'espoir, que le monde d'aujourd'hui nous inspire, "Fract'Art" exprime aussi, peut-être plus clairement, les principes importants de cet Art Vectoriel que nous voulons défendre, et qui est à la fois :
-un art fractionnaire, puisqu'un ordinateur ne peut faire un dessin sans le discrétiser, c'est-à-dire sans le fractionner en tout petits éléments (vecteurs géométriques),
-un art plurifractal, puisque l'ordinateur rend à l'inverse possible la complexification de chacun des éléments, permettant à l'extrême à la ligne de se "hisser" elle-même jusqu'au rang de surface, ou voire-même de volume.

Les Scowczis

Individus ou multitude ?...

Faut-il voir dans ces personnages repus, aux attitudes grotesques, emprisonnés dans les structures complexes qu'ils ont eux-mêmes créées, une simple représentation de ces créatures cyniques que Nietzsche appelait "les derniers hommes" ?

Ou, au contraire, la revendication désespérée d'un paradis perdu, dans lequel le bonheur des uns ne serait pas inévitablement lié au malheur des autres ?